Accueil > Actualité > BROUAGE QUEBEC Les Traversiers des Arts été 2016

BROUAGE QUEBEC Les Traversiers des Arts été 2016

Publié le 11/08/2016 à 17:33

Mathile LEGRAND, coup de coeur du public rochelais lors du salon Talents de femmes de mars 2016, a participé au défilé de mode des lycées 2016 à la Sorbonne.

Marie-Christine GRIES, représentante du SI à l'UNESCO a eu la gentillesse de représenter le club de La Rochelle. Nous la remercions de sa présence et de son rapport dont nous vous offrons la lecture ci-dessous. 

 

Vous êtes inquiet pour l'avenir de la haute couture ? Vous avez tort !

 

Je me souviens d'une chanson apprise à l'école primaire : les filles de La Rochelle se rendaient aux Amériques sur un vaisseau dont les voiles étaient en dentelle et satin blanc…

chez les Sorops rochelaises, il y a peut-être un petit héritage qui les a inspirées, non pas pour armer un vaisseau de conte de fées, mais pour parrainer judicieusement une jeune créatrice experte en magie de la haute couture.

Quelle soirée ce défilé de mode ! Le cadre exceptionnel du grand amphithéâtre de la Sorbonne a  offert le spectacle à Sorbon, Descartes et Lavoisier et autres prestigieux savants présents autour de la galerie. Hélas, ces grands esprits figés dans leur marbre ignorent l'art du texto, et aucun n'a donc fait part de ses appréciations. L'assistance XXIe siècle, en revanche, n'a pas modéré son enthousiasme. Le magnifique défilé, rondement orchestré ( 178 œuvres présentées) a été très applaudi par les élèves et enseignants des lycées présents, leurs parents et amis, ainsi que les indispensables personnalités dont la ministre de l’Éducation Nationale, Madame Vallaud Belkassem.

Cette présentation mettait en lumière les extraordinaires jeunes talents des lycéens venus d' établissements du monde entier : Séoul ( très représentée pour l'année de la Corée en France), Berlin, Rome, Toronto, Mexico, Casablanca, Madrid, Pékin, Osaka, et évidemment France. Dans les chatoiements multicolores des étoffes, les vire-voltes des mannequins, trois entrées pour un rêve  :

voyage lointain, voyage dans le temps et art de la parure. Sans annonce particulière hors la musique d'accompagnement, il était facile de deviner l'origine nationale des groupes de modèles présentés ; les jeunes créateurs de ces lycées respectent les plus belles lignes des costumes traditionnels de leurs pays, les régénèrent, les interprètent pour les adapter aux modes contemporaines, non sans humour : interminables manches chinoises multicentenaires qui donnent aux femmes des allures de libellules, assemblages complexes et pourtant miraculeusement épurés des toilettes coréennes, volants valsant des jupons espagnols, kimonos sauce mangas, chic italien, broderie et cuir de tradition marocaine… Parmi les mannequins européens se glissait ici ou là, l'ombre de Jeanne Lanvin dans le bleu profond d'une cape de soie, de Dior dans un jupon très new-look sous une immense capeline, de Courrèges dans un découpage de robe géométrique… Un mannequin vêtu d'une somptueuse robe ornée de cuir brodé semblait descendu d'un tableau de Klimt, un autre de retour d'un bal à la cour de François-Joseph d' Autriche.

Même si la plupart de ces parures sont inaccessibles à Madame « Toulemonde », c'est un délice de s'envoler dans un univers parallèle pendant une ou deux heures, grâce à quelques tours de jupons de soie et des effets de manche.

La robe de Mathilde Legrand a été très applaudie : le dégradé des soies bleues, la coupe donnant au drapé un tombé impeccable et gracieux, et la jupe amovible transformant en un geste la toilette  en conservant son élégance ont séduit les romantiques et sans doute tout autant les techniciens du jury. L'annonce d'attribution du prix a été approuvée chaleureusement par l'assistance.

 

Dans le brouhaha de la fin de la soirée, j'ai réussi à me présenter à Mathilde et à la féliciter. Avec autant de charme et d'aisance que de talent, cette jeune fille mérite bien le soutien soroptimist et je gage que son succès est aussi une belle récompense pour le club de La Rochelle. Je suis reconnaissante au club de cette magnifique soirée et de m'avoir fait confiance pour y participer en son nom.

Et vive la haute couture des années à venir !

Marie-Christine Gries de La Barbelais

29 juin 2016

Retour à l'accueil